Adresse: Route de Casablanca Km 3,5 Université Hassan Premier BP 539

Le premier prix d'innovation

image
Le premier prix d'innovation

Le premier prix d'innovation

Félicitation au professeur Hamid EL OMARI enseignant chercheur à la FST-Settat ainsi qu’à son équipe de recherche pour le Premier Prix d'Innovation obtenu lors du concours de la Compétitivité et Partenariat Université Entreprise En marge de l'Université Ouverte de Dakhla 04-08 Décembre 2019

Le projet de recherche & développement de l’onduleur solaire photovoltaïque 6kVA est le fruit de collaboration de plusieurs partenaires ; le Laboratoire des énergies Renouvelables de l’Université Hassan Premier de Settat, A2S Industries & l’IRESEN (Institut National de l’Energie Solaire et des Energies Nouvelles). Il rentre dans le cadre de la stratégie énergétique nationale en s’inscrivant dans une démarche d’industrialisation suite au plan solaire Marocain.

Le projet participe au développement socio-économique du Maroc en permettant la création d’emplois dans la conception et l’industrialisation, la création d'une filière verticale de conception, de fabrication et de commercialisation, le développement et la fabrication des produits high-tech, ainsi que la réduction des importations pour cette gamme de produits.

Le projet a eu un impact très positif sur le secteur de R&D en permettant aux chercheurs du laboratoire des énergies renouvelables de l’Université Hassan Premier de Settat de publier des articles et brevets internationaux et en rendant le laboratoire des énergies renouvelables une référence nationale en électronique de puissance. Parallèlement, il a permis au partenaire industriel « A2S Industries » de créer son bureau d’études en électronique de puissance via l’intégration d’une équipe d’ingénieurs spécialistes de hauts niveaux et un équipement complet, chose qui contribuera au développement, à l’industrialisation et à la fabrication de ses produits propres et plus particulièrement l’onduleur solaire objet de ce projet, et amènera à la diversification de son chiffre d’affaires ainsi qu’à la réduction de sa dépendance de 30 % de la sous-traitance.